Home » Knowledge Management

11 décembre 2004

Système de taxonomie de drupal pour KM

Je travaille actuellement sur la création d'une plateforme à partir de drupal. je suis tombé sur des articles intéressants concernant la mise en place de gestion des connaissances dans l'entreprise avec le système de taxonomie que propose drupal.

Ecrit par Franck le : 11 décembre 2004 à 01:31 PM | Commentaires (2)

1 novembre 2004

Réseaux de blogs et gestion des connaissances.

Comme l’affirme le consultant David Weinberger, "les marchés sont des conversations", les blogs sont un moyen d’entretenir cette conversation et les réseaux de blogs deviennent une manière d’élargir l’échange au-delà de ce qui serait pratiquable par un individu ou une entreprise.

Le blog, Une parcelle d'authenticité:
La connaissance est ce que l'individu a analysé, compris, personnalisé et individualisé à partir d'informations accessibles dans un certain contexte. Cette connaissance, en tant qu'expérience sera d'autant plus authentique qu'elle n'aura pas été influencée autrement que par l'individu lui-même tel qu'il l'a vécue. Le blog en tant qu'outil de publication personnel a d'abord été l'apanage des jeunes filles écrivant leurs "journal intime". Quoi de plus personnel qu'un journal intime ? Laisser la liberté à l'individu de parler de ce qu'il ressent sans contrainte est la meilleure source de connaissance sur lui-même d'abord et ensuite sur ce dont il parle.
Le blog devient ainsi une parcelle de vérité, un lieu de connaissance authentique.

La limite des systèmes centralisés:
Les sytèmes, portails, plateformes collaboratives, systèmes de gestions de connaissances, comme je l'ai mentionné dans un de mes anciens articles, ne peuvent traiter que 20% des connaissances de l'organisation. Ces 20% sont des connaissances explicites. 80% des autres connaissances sont implicites, détenues par des individus et non possédées par l'organisation. Or ce ratio 20/80 correspond non seulement à une volonté des individus de conserver leurs connaissances pour eux mais aussi au fait que cette connaissance n'est pas toujours consciente pour l'individu. Dans ce cas comment ces systèmes peuvent-ils capturer la connaissance que les individus conservent? La question que l'on peut se poser est la suivante.

Comment et dans quelles circonstances les individus sont-ils prêts à s'exprimer ?
Comment générer la confiance et la motivation afin de favoriser la transmission du savoir ?

Voilà des questions dont les réponses doivent intéresser les entreprises qui font de la gestion des connaissances ou de la formation.

Avec les blogs on est plus proche de l'individu et l'individu est plus proche de lui-même. Le blog est aussi un outil de connaissance de soi dans la mesure où l'écriture est révélatrice de sa propre façon de pensée.

D'autre part, dans la mesure où l'individu est plus proche de lui même, plus libre d'exprimer ce qu'il souhaite au sein d'un espace qui lui est propre et totalement décentralisé, on peut craindre que les plateformes collaboratives imposent une certaine hiérarchie à priori. La structure des plateformes collaboratives conçues autour d'une authentification login/password, d'un traçage statistique des connexions, des documents consultés peuvent peut-être contribuer à améliorer la gestion, le stockage, le classement de l'information mais à mon avis pas à proprement parler de susciter l'innovation et l'enrichissement des connaissances.

Au KM Forum, lors des débats, les éditeurs de solutions ont d'ailleurs essentiellement évoqués les notions d'utilisation des documents plutôt que de la gestion de ces documents. Ce qui importe en effet c'est le rôle de l'individu façe à ce qu'il consulte, avec qui il partage ces informations.

Je suis surpris de voir comment des individus sont capables devant des millions de téléspectateurs de livrer leurs secrets les plus intimes. C'est le cas des émissions de télé-réalités.

Dans la mesure où l'on donne la parole à l'individu, qu'il se sent écouté, entendu, qu'il a la possibilité de s'engager alors il se livre et dit ce qu'il pense. Autant le "bloggueur" que le "lofter" livrent leurs expériences au travers du filtre de l'écran qui permet de créer une certaine distance vis à vis de leur public. Cette distance est une condition nécessaire.

Mais ce n'est pas une condition suffisante. Plus le "cadre" au sein duquel l'individu sera amené à parler de ses expériences sera proche de lui, plus l'individu pourra y exprimer sa sensibilité en toute confiance. A l'inverse l'individu trop "encadré" verra son inspiration réfrénée.

Cela me fait penser aux tests réalisés par Elton Mayo, pschychologue américain, dans les années 1924-1927 au sein de la western electric à Chicago, qui consistait à mesurer l'influence de l'éclairage sur la productivité des ouvrières. Elton Mayo a tiré la conclusion suivante. L'intensité de l'éclairage n'a que très peu d'influence sur le travail des ouvrières. Les ouvrières ont amélioré leur productivité uniquement parcequ'elles avaient été consultées et qu'on leur avait demandé leur avis dans le cadre de leur travail. On les avait tout simplement laissé s'exprimer.


L'individu-monde:
Nous sommes dans le siècle de "l'auto". Non pas l'automobile mais l'autonomie, l'autocratie, l'autodidacte.
L'individu cherche à être toujours plus lui-même et à s'auto déterminer. Il le doit aussi par la force des choses dans un monde toujours plus ouvert. Tous les moyens qui permettrons à l'individu d'être plus lui-même au milieu des autres feront recette.

Néanmoins personne ne fait rien tout seul. Nous avons tous besoin des autres pour construire, inventer, produire, vivre. Il faut donc savoir structurer les personnalités entre elles afin de n'en affaiblir aucune mais en faisant surgir une personnalité collective plus riche.

Pour cela, tout comme les organismes vivants, il faut savoir construire un décor, mettre en scène et laisser ensuite la nature des relations huamines agir. Il ne faut pas chercher à tout contrôler. Le facteur clef de succès est de savoir tisser des liens subtils entre des individualités de blogs. Une hiérachie à postériori s'inventera.

La connaissance ne se met pas en boîte. Elle se tisse avec des fils d'ariane.

Franck Dumesnil

Ecrit par Franck le : 1 novembre 2004 à 02:51 PM | Commentaires (1)

14 octobre 2004

Blogs et knowledge management(KM)

Avait lieu les 11,12 et 13 octobre le KM Forum au palais des congrés à Paris. J'ai rencontré Olivier Creiche, associé de Loïc Lemeur de la société Six Apart sur leur stand. Six Apart est l'éditeur du logiciel Movabletype qui permet de mettre en place d'une façon simple et rapide un weblog ou site web de nouvelle génération. J'utilise ce logiciel pour mon blog personnel et je dois dire que c'est vraiment le top ! kmforum.jpg

J'ai apprécié les cafés-conférences gratuites où le monde se bousculait. Les intervenants ont mentionné quelques chiffres clefs:

- 85 % des données en entreprise sont des données non structurées c'est à dire sous un format brut qui réclame un traitement si l'on souhaite y accéder.
- 80 % de la connaissance est non formellement exprimée, à l'inverse de la connaissance explicite qui elle est accessible et que l'on peut manipuler sous forme de documents.
- En ce qui concerne les métadonnées (données extraites des documents et qui permettent de les caractériser afin de pouvoir notamment les classer) , 1/3 de ces métadonnées sont disponibles après extraction automatisée ou manuelle et 2/3 concernent les informations que l'on peut tirer de l'utilisation de ces documents en terme de comportement par les utilisateurs. C'est à dire, qui s'échangent tel ou tel document ? , combien on lu un document ?, qui envoi tel document à qui sur tel sujet ? et d'une façon générale tout ce qui a trait aux réseaux sociaux construits « autour » d'un document. Donc 2/3 des métadonnées de connaissances proviennent de facteurs humains.
- 75 % des papyboomers, personnes qui ont aujourd'hui environ 50-55 ans partiront à la retraite sans être remplacés et cela va créer une aggravation des difficultés de recrutement dans certains domaines. Or comme environ 80 % de la connaissance en entreprise est tacite, 80% des 75% soit 60 % de connaissance propre aux entreprises risque d'être perdue. Il y a là un enjeu majeur du KM dans le domaine de la formation et du transfert de compétences.
- En outre un point important me semble être la surabondance de l'information qui tue l'information. Les entreprises ont besoin de plans de classement par métier leur permettant pour leur gestion des connaissances d'établir une stratégie d'accès à l'information d'entreprise car elle doivent faire des choix pour conserver telle connaissance et supprimer celles qui ne sont pas stratégiques. Le choix du « non » est toujours plus difficile que celui du « oui » mais il est en revanche structurant pour la connaissance dans l'organisation. Cette stratégie, c'est à dire cette logique d'élimination et de conservation est aussi valable pour le contenu lui même. Je pense que les entreprises ne savent pas suffisammment clarifier leurs offres et valoriser leurs positionnements . Il y a là un vrai métier à mon avis surtout avec un afflut d'information continu et en perpétuel augmentation.

Je n'ai pas trouvé mon bonheur sur le sujet de la performance de l'entreprise grâçe au KM qui a été abordé insuffisament à mon goût. Beaucoup de solutions techniques ont été présentées mais les gains du KM pour sucister l'innovation ou bien pour améliorer la productivité ne me semblent pas avoir été abordés avec précision. Ceci n'est que mon avis personnel.

Conclusion:
Dans le KM, l'homme est central même si la technologie permet de faciliter le classement, les recherches et la gestion des documents. C'est l'utilisation de la connaissance et non sa gestion qui est porteuse de sens. La connaissance ça n'est pas que des documents. C'est l'homme qui possède la connaissance au sein de l'entreprise et si l'on se place à l'extérieur de l'entreprise, c'est lui qui peut potentiellement exprimer beaucoup de connaissances sur sa vision de l'entreprise en tant que client, consommateur, utilisateur et pas simplement en tant qu'employé au sein d'une structure.
Comme je m'intéresse à l'intelligence des nouveaux médias, je crois voir dans les blogs une opportunité afin de capturer ou de saisir la connaissance tacite des personnes quelquesoit leur statut.

Blogs et KM:
Comment organiser, présenter, personnaliser un blog afin de pouvoir faciliter et exploiter successivement l'apport et la gestion des connaissances ?

Ecrit par Franck le : 14 octobre 2004 à 09:46 PM | Commentaires (2) | TrackBack (0)