Home » social networking

15 novembre 2004

Blogs personnels et plateformes collectives

Ce qui compte c'est de développer une communauté.

Le logiciel n'est pas la véritable valeur ajoutée, mais simplement le vecteur, le canal nécessaire pour que cette communauté puisse s'exprimer. En effet, ce n'est pas le logiciel qui tout seul crée la matière. La matière ce sont les individus, les relations qu'ils tissent et entretiennent entre eux, ce qu'ils aiment, ce qu'ils se disent, de quoi ils parlent ect....

Il faut donc savoir fédérer des individus autour de leurs centres d'intêret au sein d'une même plateforme. Par contre c'est l'accès à cette plateforme qui doit être définit afin de ne pas générer de « fakesters » comme sous friendster. Etre sûr de l'identité de l'individu qui se situe derrière tel blog est à mon avis primordial. L'accès à une communauté par cooptation ou parrainage a prouvé ses limites. C'est pourquoi les individus ne peuvent accéder à une communauté que s'ils possèdent un blog et que leur blog est la marque de leur personnalité et les authentifie totalement. L'usurpation d'identité n'est plus alors possible à moins de vouloir se dévaloriser aux yeux de tous. Je pense aussi que le bloggueur doit exister depuis un certain temps et avoir prouvé son véritable attachement à telle ou telle valeur. Ce que l'on fait sur le web pourrait finalement nous suivre comme notre passé ? Je crois à la notions d'identité online et de cohérence dans sa façon de penser et de s'exprimer, d'autant que les blogs sont un véritable outil de gestion des connaissances et qu'ils permettent de structurer sa façon de penser.
Il faut pouvoir accepter les outils de blogging les plus utilisés au sein de cet espace. Cet espace ne doit pas être seulement un espace qui rassemble un certain nombre de blogs, mais un espace qui permette aux bloggeurs de se recontrer par centre d'intêret en tissant leurs blogs entre eux. J'ai donc besoin d'un outil de création de communauté au sein duquel les bloggeurs pourront s'inscrire et déposer une « image » de leur blog. Leur blog ne sera pas hébergé au sein de cet espace , mais relié par centre d'intêret, lieu, ect...

Ecrit par Franck le : 15 novembre 2004 à 10:00 PM | Commentaires (0)

8 novembre 2004

Social computing, nouvel entrant français dans le domaine du social networking

Social-computing est une société qui se focalise sur le développement de solutions d'organisation et de cartographie de l'information en réseau ainsi que des applications illustrant l'intelligence des réseaux et la puissance de l'approche collaborative.
Anciennement amoweba, Social-computing offre plusieurs solutions au service de la veille (technologie de cartographie Mapstan, Logiciel de veille human-links, weblogs professionnels).

Ecrit par Franck le : 8 novembre 2004 à 06:17 PM | Commentaires (0)

1 novembre 2004

Réseaux de blogs et gestion des connaissances.

Comme l’affirme le consultant David Weinberger, "les marchés sont des conversations", les blogs sont un moyen d’entretenir cette conversation et les réseaux de blogs deviennent une manière d’élargir l’échange au-delà de ce qui serait pratiquable par un individu ou une entreprise.

Le blog, Une parcelle d'authenticité:
La connaissance est ce que l'individu a analysé, compris, personnalisé et individualisé à partir d'informations accessibles dans un certain contexte. Cette connaissance, en tant qu'expérience sera d'autant plus authentique qu'elle n'aura pas été influencée autrement que par l'individu lui-même tel qu'il l'a vécue. Le blog en tant qu'outil de publication personnel a d'abord été l'apanage des jeunes filles écrivant leurs "journal intime". Quoi de plus personnel qu'un journal intime ? Laisser la liberté à l'individu de parler de ce qu'il ressent sans contrainte est la meilleure source de connaissance sur lui-même d'abord et ensuite sur ce dont il parle.
Le blog devient ainsi une parcelle de vérité, un lieu de connaissance authentique.

La limite des systèmes centralisés:
Les sytèmes, portails, plateformes collaboratives, systèmes de gestions de connaissances, comme je l'ai mentionné dans un de mes anciens articles, ne peuvent traiter que 20% des connaissances de l'organisation. Ces 20% sont des connaissances explicites. 80% des autres connaissances sont implicites, détenues par des individus et non possédées par l'organisation. Or ce ratio 20/80 correspond non seulement à une volonté des individus de conserver leurs connaissances pour eux mais aussi au fait que cette connaissance n'est pas toujours consciente pour l'individu. Dans ce cas comment ces systèmes peuvent-ils capturer la connaissance que les individus conservent? La question que l'on peut se poser est la suivante.

Comment et dans quelles circonstances les individus sont-ils prêts à s'exprimer ?
Comment générer la confiance et la motivation afin de favoriser la transmission du savoir ?

Voilà des questions dont les réponses doivent intéresser les entreprises qui font de la gestion des connaissances ou de la formation.

Avec les blogs on est plus proche de l'individu et l'individu est plus proche de lui-même. Le blog est aussi un outil de connaissance de soi dans la mesure où l'écriture est révélatrice de sa propre façon de pensée.

D'autre part, dans la mesure où l'individu est plus proche de lui même, plus libre d'exprimer ce qu'il souhaite au sein d'un espace qui lui est propre et totalement décentralisé, on peut craindre que les plateformes collaboratives imposent une certaine hiérarchie à priori. La structure des plateformes collaboratives conçues autour d'une authentification login/password, d'un traçage statistique des connexions, des documents consultés peuvent peut-être contribuer à améliorer la gestion, le stockage, le classement de l'information mais à mon avis pas à proprement parler de susciter l'innovation et l'enrichissement des connaissances.

Au KM Forum, lors des débats, les éditeurs de solutions ont d'ailleurs essentiellement évoqués les notions d'utilisation des documents plutôt que de la gestion de ces documents. Ce qui importe en effet c'est le rôle de l'individu façe à ce qu'il consulte, avec qui il partage ces informations.

Je suis surpris de voir comment des individus sont capables devant des millions de téléspectateurs de livrer leurs secrets les plus intimes. C'est le cas des émissions de télé-réalités.

Dans la mesure où l'on donne la parole à l'individu, qu'il se sent écouté, entendu, qu'il a la possibilité de s'engager alors il se livre et dit ce qu'il pense. Autant le "bloggueur" que le "lofter" livrent leurs expériences au travers du filtre de l'écran qui permet de créer une certaine distance vis à vis de leur public. Cette distance est une condition nécessaire.

Mais ce n'est pas une condition suffisante. Plus le "cadre" au sein duquel l'individu sera amené à parler de ses expériences sera proche de lui, plus l'individu pourra y exprimer sa sensibilité en toute confiance. A l'inverse l'individu trop "encadré" verra son inspiration réfrénée.

Cela me fait penser aux tests réalisés par Elton Mayo, pschychologue américain, dans les années 1924-1927 au sein de la western electric à Chicago, qui consistait à mesurer l'influence de l'éclairage sur la productivité des ouvrières. Elton Mayo a tiré la conclusion suivante. L'intensité de l'éclairage n'a que très peu d'influence sur le travail des ouvrières. Les ouvrières ont amélioré leur productivité uniquement parcequ'elles avaient été consultées et qu'on leur avait demandé leur avis dans le cadre de leur travail. On les avait tout simplement laissé s'exprimer.


L'individu-monde:
Nous sommes dans le siècle de "l'auto". Non pas l'automobile mais l'autonomie, l'autocratie, l'autodidacte.
L'individu cherche à être toujours plus lui-même et à s'auto déterminer. Il le doit aussi par la force des choses dans un monde toujours plus ouvert. Tous les moyens qui permettrons à l'individu d'être plus lui-même au milieu des autres feront recette.

Néanmoins personne ne fait rien tout seul. Nous avons tous besoin des autres pour construire, inventer, produire, vivre. Il faut donc savoir structurer les personnalités entre elles afin de n'en affaiblir aucune mais en faisant surgir une personnalité collective plus riche.

Pour cela, tout comme les organismes vivants, il faut savoir construire un décor, mettre en scène et laisser ensuite la nature des relations huamines agir. Il ne faut pas chercher à tout contrôler. Le facteur clef de succès est de savoir tisser des liens subtils entre des individualités de blogs. Une hiérachie à postériori s'inventera.

La connaissance ne se met pas en boîte. Elle se tisse avec des fils d'ariane.

Franck Dumesnil

Ecrit par Franck le : 1 novembre 2004 à 02:51 PM | Commentaires (1)

22 octobre 2004

Cartographie de relations en ligne

Je découvre en surfant des logiciels de cartographie de relations en ligne. Tout d'abord huminity, logiciel qui permet de voir qui est connecté avec qui et d'en établir une carte! On peut aussi "chatter" avec ses "amis" et avec les amis de ses amis.
D'autre part je découvre Touchgraph pour livejournal qui permet de cartographier les relations au sein de la communauté des bloggeurs de livejournal. Mesurer et cartographier les relations dans des groupes est vraiment à forte valeur ajoutée.

Ecrit par Franck le : 22 octobre 2004 à 09:44 AM | Commentaires (0)

21 octobre 2004

Créez-vous de nouveaux amis avec MOBILUCK

Voici un nouvel outil de social networking que Olivier Chouraki, le patron de MobiLuck vient de présenter sur BFM la radio de l'économie. Mobiluck est un nouveau moyen pour communiquer autour de vous avec votre téléphone mobile ou votre assistant électronique.

Avec MobiLuck vous pouvez :
- rencontrer des hommes et des femmes
- télécharger des sonneries et logos, de la musique, des jeux…
- trouver un emploi, un logement, une voiture d’occasion...
- trouver un partenaire pour jouer en réseau,
- être prévenu dès qu’un de vos amis passe près de vous

- reconnaître dans la rue les supporters du PSG, les fans de la Star’Ac, les danseurs de salsa, les élèves de votre école…
- diffuser votre carte de visite et trouver des clients
- gagner du temps dans les transports et les files d’attente
- trouver le tabac le plus proche, un distributeur de billets, un taxi libre…
- faire du shopping, acheter des places de théâtre à moitié prix…
- visiter des villes et des musées, vous cultiver, vous informer...
et beaucoup d’autres choses…

Le monde est à nous !!!!

Ecrit par Franck le : 21 octobre 2004 à 11:57 AM | Commentaires (0) | TrackBack (0)

14 septembre 2004

On peut lire du Howard Rheingold en français !

Moi qui m'interesse au social networking et notamment à ce qu'a écrit Howard rheingold, j'ai rencontré celui qui a traduit un de ses livres les plus connus, les communautés virtuelles. Il s'apelle Lionel Lombroso et il raconte ses aventures avec Howard.
Il participe à la traduction de son livre "Les communautés virtuelles", et on trouve le sommaire du livre de howard étraduit en français. Mais Howard est un personnage qui a écrit sur des sujets très différents et c'est vraiment un penseur qui a des idées sur des sujets très différents. Une source d'inspiration et d'études qui peut être utile pour comprendre et animer des communautés d'utilisateurs en service aux entreprises.

Ecrit par Franck le : 14 septembre 2004 à 08:05 PM | Commentaires (0) | TrackBack (0)

31 août 2004

Social Networking et Life coaching

J'ai aperçu et acheté l'autre jour en librairie le premier numéro de « Mon Coach » qui se veut être le magazine du coaching perso. Dans les premières pages j'ai lu avec beaucoup d'intêret l'article sur Isabelle André qui parle de sa profession en tant que coach de l'intelligence relationnelle et que je conseille de lire.


Je suis d'accord avec Gaudin lorsqu'il dit que nous entrons plus dans une société de la reconnaissance que dans une société de la connaissance. Beaucoup de spécialistes parlent aujourd'hui de société de la connaissance, ce qui est vrai, dans le domaine de l'entreprise où l'innovation est le moteur de la croissance, mais à mon avis insuffisant en ce qui concerne la société dans sa globalité et l'homme en particulier.

On parlera alors de capital humain dont je trouve que le terme est mal choisi car on associe une notion économique (Le capital) avec l'homme, qui me paraît réductrice de l'individu en lui donnant un rôle de marchandise. C'est sur le domaine de la reconnaissance des capacités de l'homme que que la notion de coaching prend tout son sens. Aujourd'hui, c'est d'être reconnu dont a besoin l'homme et je crois que ce besoin est à l'origine de nombreux développement tant sociaux que personnels et professionnels.


Moi qui m'interesse à l'utilisation sociale d'internet, je me suis rendu compte que depuis 2003, les logiciels sociaux, notamment aux états-unis, sont très en vogue comme les blogs par exemple et commencent à arriver en france. Je veux parler notamment de tous les sites de mise en relation, les sites de rencontres, les sites de recherche de contacts tant pour trouver l'âme soeur, que pour trouver un nouveau job. Le coaching privé qui s'interesse au mieux-être de l'individu, à l'individu dans ce qu'il a de spécifique, de particulier, d'unique et qui tends à dire comme Nietsche : « Devient ce que tu est » pour lui redonner la puissance qu'il a en lui est très en phase avec le besoin d'intimité sociale, de personnalisation des rapports humains et d'expression de soi que les individus recherchent sur internet.

Mais pour quoi internet ? Parcequ'il est aujourd'hui plus facile de recontrer quelqu'un sur la toile que dans la rue. Il y a un autre point sur lequel je voudrai parler c'est la confiance. Les « tribus » qui se sont créées sur le web permettant à leurs membres d'y accéder par cooptation ou invitation d'une relation s'y trouvant déjà est le reflet des clubs privés dont les membres sont triés sur le volet. On ne veux rencontrer et parler de choses intimes et profondes qu'avec ses connaissances et ses amis.

Le coaching peut probablement se développer plus facilement dans un espace de confiance. Voilà pourquoi il pourrait être intéressant d'enviseager un coaching individualisé sur le web au sein de communautés d'intêrets, de sensiblités communes, au sein d'un espace de confiance dans le quel les membres sont rassurés et être apporté comme un service aux membres qui le souhaitent.

Avis aux coachs !

© Franck Dumesnil

Ecrit par Franck le : 31 août 2004 à 12:34 PM | Commentaires (1) | TrackBack (0)

30 août 2004

Qu'est ce que le social Networking ?

Un concept qui vient encore une fois des États-unis, les Social Networks Analysis (analyses de réseaux sociaux) ont toujours eu une place prépondérante dans le paysage des sciences sociales. En 2003 une somme d'étudiants et de chercheurs d'universités prestigieuses se sont lancés avec euphorie dans l'étude des réseaux sociaux sur Internet.

Moulte théories et gourous sont nés de cette folle expérience. Pour le moment, les principaux acteurs testent différentes applications. Les idées s'organisent et des leaders se détachent. Certains sites comme Friendster prouvent d'ores et déjà que le networking social n'est pas un effet de mode mais un réel outil sociologique au service des NTIC. Premier bémol, l'utilisation de fausses identités (fakes) brouillent le fondement du système. En France, on commence à s'intérresser aux réseaux humains mais surtout au capital social de chaque individu (réseaux professionnels, vie familiale et contacts personnels).

Ecrit par Franck le : 30 août 2004 à 06:04 PM | Commentaires (0) | TrackBack (0)